Planification Paysagère, Aménagement et Urbanisme

Ce carnet a pour objectif de transmettre une culture et des savoir-faire de projet, aux échelles de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Ce carnet s’érige donc en véritable trait d’union entre la planification (landscape planning) et l’urbanisme (landscape urbanism) paysagers. A ce titre, il pose le paysage comme fondement, moyen, et finalité de la réalisation de documents de planification et d’urbanisme.

Intégrant le renouveau des réflexions sur la place du vivant dans la ville, ce carnet porte une attention particulière aux actions d’aménagement ayant trait aux espaces publics, ainsi qu’aux espaces naturels, agricoles (agriurbanisme) et touristiques. De l’échelle du parc à celle du grand territoire, il tend ainsi à apporter des réponses concrètes aux questions que se pose la sphère professionnelle face aux nouveaux documents d’urbanisme communaux et intercommunaux, en instaurant une culture de projet fondée sur l’interdisciplinarité des sciences du paysage.

Plaquette M2 PPAU

Rendus des Ateliers de projet M2 PPAU 2018/2019

Transversal aux deux semestres, l’atelier de projet revêt une place centrale dans le parcours et occupe, à ce titre, une part importante au sein de l’emploi du temps : un jour et demi au semestre 3, deux jours et demi au semestre 4.

L’atelier est l’occasion d’une pratique collective du diagnostic au projet en situation de commande réelle émanant de diverses structures, et en interaction avec des partenaires professionnels de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre.

Il s’agit de formuler des stratégies d’intervention et/ou des projets relevant notamment des registres de la planification paysagère, de l’urbanisme paysager et de la médiation paysagère.

Il développe plusieurs compétences et savoir-faire relatifs à la conception, l’élaboration et la conduite de projet à plusieurs échelles, la maîtrise de l’oral, et la capacité au travail en équipe pluridisciplinaire.

Trois ateliers ont été conduits cette année, en partenariat avec la Direction des espaces verts d’Aix-en-Provence. Le premier a porté sur le développement d’un projet de médiation environnementale prenant appui sur le site des serres municipales à Puyricard, le second sur la rénovation du parc Gilbert Vilers situé au coeur du quartier du Jas-de-Bouffan, et le troisième sur le réaménagement des Promenades de l’Arc à travers une vision écologique soutenue par le label EcoJardin.

Pris dans leur ensemble, ceux-ci ont permis de mettre en avant l’importance des services espaces verts en tant qu’acteurs d’une fabrique urbaine renouvelée par un contexte de crises écologiques.  

Ci-dessous un aperçu des projets produits dans le cadre de ces ateliers :

Equipe des Serres : Margaux Bidat, Laura Bourdon-Trilling, Tom Kahn

 

Equipe du parc Gilbert Vilers : Valentin D’Agostino, Tiffany Baqué, Adeline Mouly

 

Equipe des Promenades de l’Arc : Emmanuel Brunet, Margaux Girerd, Radina Yordanova

Rendus module Histoire et Théories du Paysage 2018/2019 : Aix-en-Provence – Parc Saint-Mitre

Le travail présenté ci-dessous découle d’une commande lancée par la Direction des espaces verts de la Ville d’Aix-en-Provence au Master PPAU autour du devenir du Parc Saint-Mitre. La réponse à cette commande s’est articulée autour de la réalisation d’une série de 4 diagnostics orientés réinterrogant la place et le rôle de cet équipement urbain et paysager au prisme des thématiques :
  • Histoire et patrimoine
  • Insertion urbaine et morphologie
  • Flux, usages et usagers
  • Dynamiques végétales et paysagères

En termes d’objectifs pédagogiques, il s’est agi pour les étudiants de développer leur capacité à :

  • appréhender l’évolution d’un aménagement paysager au prisme de son histoire,
  • produire une analyse critique de son fonctionnement à différentes échelles,
  • intégrer la diversité des dispositifs techniques et des réponses tant urbanistiques que paysagères existants,
  • réfléchir aux modalités d’aménagements, de conception et de gestion d’espaces à caractère de nature intégrés à une trame urbaine,
  • affirmer des partis-pris de projet non seulement cohérents au regard de la commande proposée mais aussi pertinents eu égard aux différents enjeux d’aménagement, de fonctionnement et de gestion soulevés.

Ci-dessous un aperçu des différents travaux réalisés cette année :

Poster Histoire et Patrimoine par Emmanuel Brunet et Margaux Girerd

 

Poster Insertion urbaine et morphologie par Tiffany Baqué et Tom Kahn

 

Poster Flux, usages et usagers par Laura Bourdon-Trilling et Adeline Mouly 

 

Poster Dynamiques végétales et paysagères par Valentin D’Agostino et Radina Yordanova

La médiation paysagère en pratique au travers du module “Aménagement et Gestion des Espaces Naturels, Agricoles et Touristiques”

Ce module vise à l’appréhension in situ des grands enjeux liés à l’aménagement et à la gestion d’espaces emblématiques de la « ville-nature » contemporaine : espaces naturels, agricoles et touristiques.

Pour ce faire, il se fonde sur une série d’expériences de terrains imaginées, conçues et portées, à tour de rôle, par différents groupes d’étudiants sur propositions de l’équipe pédagogique. Articulant arpentage et rencontres d’acteurs, celles-ci participent d’une double mise en situation.

Pour leurs organisateurs, il s’agit d’être en capacité de conduire une médiation paysagère sur un site donné. Pour leur auditoire, il s’agit de rendre compte de cette lecture partagée du territoire par la mobilisation d’outils d’analyse paysagère (croquis, coupes, blocs-diagramme, schémas…) inscrits dans un carnet de terrain.

Les trois thématiques investies cette année ont été l’agriculture urbaine à Marseille, la gestion de la Sainte Victoire comme espace naturel, et enfin l’essor touristique des îles du Frioul.

Workshop Sol IUAR/ENSAIA 2019 : Intégration de la composante « sol » à la démarche de labellisation EcoJardin de deux parcs urbains d’Aix-en-Provence

La Direction des Espaces Verts d’Aix-en-Provence a fait appel aux étudiants du Master 2 PPAU de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) de l’Université d’Aix-Marseille et de l’École Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Alimentaires (ENSAIA) de l’Université de Nancy-Lorraine pour nourrir les démarches de labellisation EcoJardin en cours sur le parc Saint-Mitre et les Promenades de l’Arc.

Créé en 2012 par Plante & Cité, le label permet d’identifier des bonnes pratiques écologiques sur sept domaines de gestion : la planification et l’intégration du site, les sols, l’eau, la faune et la flore, les mobiliers et les matériaux – les matériels et les engins, les formations et le public. Ce faisant, il s’agit d’impulser une vision écologique intégrant la composante « sol » au sein de ces deux parcs.

Dans un cas comme dans l’autre, une attention toute particulière devra également être apportée aux enjeux associés de préservation de la biodiversité et de gestion de l’eau.

Avis de soutenance de thèse de Brice Dacheux-Auzière

Brice Dacheux-Auzière, ancien étudiant du Master, a brillamment soutenu sa thèse de doctorat en Sciences du Paysage, sur l’écologisation des pratiques paysagistes, le 16 novembre dernier, dans les locaux de l’Ecole Supérieure de Paysage Versailles-Marseille.

Ci-dessous l’affiche de sa soutenance accompagné du résumé de son travail.

Résumé :
En France, une politique en matière de préservation de l’environnement et du vivant émerge au cours des années 1970 (ministère de l’environnement, lois). Depuis 2004, date à laquelle est adoptée la stratégie nationale pour la biodiversité, et où commence à s’incarner opérationnellement, en ville, par les agendas 21, les enjeux du développement durable, cette politique n’a fait que se renforcer. Cela est notamment dû aux effets des nouvelles lois (Grenelle 1 et 2 ; Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, etc.), mais aussi des travaux de l’écologie scientifique (programme trame verte urbaine) et à une prise
de conscience écologique généralisée. Dans un contexte très urbanisé avec une part croissante de la population vivant en ville, le milieu urbain, parce qu’il recèle une multitude d’espaces à caractère de nature, aux natures bien différentes, est devenu un thème de recherche privilégié. Parmi les professions concourant à améliorer le cadre
de vie urbain, les paysagistes-concepteurs, par leurs missions les invitant généralement à mobiliser du matériau végétal, sont des acteurs théoriquement en capacité de traduire, par le projet, des injonctions écologiques et/ou environnementales (biodiversité, gestion des eaux, etc.). Les parcs urbains en général et plus particulièrement ceux de Marseille constituent alors un objet d’étude intéressant pour s’interroger aux modalités d’écologisation
des pratiques paysagistes, et cela depuis qu’une politique environnementale a émergé (années 1970).
Cette thèse s’appuie sur une triple analyse fondée à la fois sur des discours de paysagistes français, puis de gestionnaires des services des espaces verts, et enfin sur des relevés de structures végétales dans 5 parcs publics marseillais. En définitive, il apparaît, qu’outre Gilles Clément – figure paysagiste marquante – dont les fondements naturalistes sont connus mais nécessitent d’être discutés, l’écologisation de la pratique de ces professionnels reste timide et intègre encore trop peu le fonctionnement de ces écosystèmes urbains. Si cet aspect tend à changer depuis moins d’une dizaine d’années, il n’en revient pas moins que ce sont davantage les gestionnaires des services des espaces verts, pour partie inscrits dans une gestion écologique (part de la gestion différenciée) de leurs parcs et jardins, qui participent à faire évoluer les structures végétales tant dans leur composition que dans leur physionomie. Mais, force est de constater qu’il manque aujourd’hui l’expression d’un paysagisme capable d’intégrer, au-delà de l’échelle du parc, ces mêmes enjeux, relevant autant de l’urbanisme que de l’écologie. Aussi, l’écologisation de cette profession semble manquer des outils et des méthodes relevant de ces deux disciplines.

Mots-clés : écologisation, pratique, paysagistes- concepteurs, projet, parcs urbains, gestionnaires des services des espaces verts, Marseille, écologie

Rendus module Histoire et Théories du Paysage 2017/2018 : Aix-en-Provence – Parc Jourdan

Le travail présenté ci-dessous découle d’une commande lancée par la Direction des espaces verts de la Ville d’Aix-en-Provence au Master PPAU sur  la question du réaménagement du Parc Jourdan, eu égard à son vieillissement ainsi qu’à sa forte fréquentation.

La réponse à cette commande s’est articulée en deux grands deux temps :

  • 1) La réalisation d’une série de 5 diagnostics orientés réinterrogant la place et le rôle de cet aménagement paysager au prisme des thématiques : Histoire et Patrimoine, insertion et fonctionnement urbain, résidents et usagers, flux usages et pratiques, et dynamiques végétales.
  • 2) La conception de deux propositions d’Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP), réinterprétant les enjeux d’aménagement identifiés dans le langage d’un document d’urbanisme à double vocation réglementaire et pré-opérationnelle.
Analyse Histoire et Patrimoine par Antoine Debray et Clémentine Jouvenceau
Analyse Insertion et Fonctionnement urbain par Simon Melling et Nicolas Vigneau 
Analyse Résidents et Usagers par Nicolas Delporte et Claire Dusson
Analyses Flux, Usages et Pratiques par Guillaume Langin et Lucie Simon
Analyse Dynamiques Végétales par Anaëlle Ceré et Lili Chevalier
Proposition d’OAP n°1
Proposition d’OAP n°2