La promotion 2020-2021 du parcours PPAU à la découverte de Flassans-sur-Issole

Le 25 septembre dernier, la nouvelle promotion 2020-2021 du parcours PPAU a été accueillie par l’équipe municipale de la petite commune varoise de Flassans-sur-Issole (3500 hab).

Les étudiants au travail sur une carte géante de la commune

Située à l’interface des pôles urbains proches de Brignoles et du Luc-en-Provence et, à plus grande échelle, des pôles métropolitains d’Aix-Marseille, de Toulon et de Nice, cette commune présente la spécificité de convoquer la ruralité comme fondement de son projet de territoire. Celle-ci peut alors paraître représentative d’une certaine « ruralité métropolitaine » sur laquelle les étudiants seront amenés à travailler tout au long de l’année.

Ce faisant, il s’agira pour ces derniers de s’interroger sur les nouvelles vocations à donner à ces territoires de campagnes urbaines décrits dès 1998 par Pierre Donadieu dans son ouvrage éponyme.

Un aperçu des mémoires de la session 2020 du parcours PPAU

Comme chaque année, les étudiants du parcours PPAU se sont prêtés à l’exercice du mémoire universitaire.

En est ressorti un ensemble de travaux explorant diverses questions au cœur des problématiques contemporaines en matière de paysage et d’aménagement : la prise en considération des sols comme matière vivante dans les aménagements urbains, le renouveau des techniques de pré-verdissement, la perception des paysages urbains par les différents groupes de population ou encore l’appropriation des politiques nationales en faveur de la densification dans la planification territoriale…

Au sein de cet ensemble varié, deux travaux ont particulièrement retenus notre attention, en lien avec leurs qualités formelles et démonstratives :

  • Le mémoire d’Alice Boidin interrogeant la place du dessin dans les projets de conception urbaine et paysagère en appui sur une enquête qualitative menée auprès de diverses agences (directeur de mémoire : Jean Noël Consalès) :
  • Le mémoire d’Amélie Chalard prenant pour objet les espaces protégés métropolitains, entre remise en perspective historique et étude d’un cas illustratif (le secteur du Cap Canaille au sein du Parc National des Calanques) des tensions inhérentes au double objectif de protection du patrimoine naturel et de fréquentation par le public poursuivies par ceux-ci (directeur de mémoire : Benoit Romeyer) :

Deux mémoires de qualité, et représentatifs d’une promotion 2019-2020 particulièrement investie.

Retour sur les rendus d’atelier 2020 du parcours PPAU

Filé sur deux semestres, l’atelier de projet revêt une place centrale dans le parcours PPAU et occupe, à ce titre, une part importante au sein de l’emploi du temps : un jour et demi au semestre 3, deux jours et demi au semestre 4.

L’atelier est l’occasion d’une pratique collective de projet opérée en situation de commande réelle, et en interaction avec des partenaires professionnels de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre.

Il s’agit de formuler des stratégies d’intervention et/ou des projets relevant des registres de la planification paysagère, de l’urbanisme paysager et de la médiation paysagère.

Il développe plusieurs compétences et savoir-faire relatifs à la conception, l’élaboration et la conduite de projet à plusieurs échelles, la maîtrise de l’oral, et la capacité au travail en équipe pluridisciplinaire.

Trois ateliers ont été conduits cette année,. Le premier, en partenariat avec la Direction des Espaces Verts de la Ville d’Aix a porté sur la mise en oeuvre d’une politique d’agriculture urbaine pour la ville. Le second, réalisé suite à une commande de la Direction des espaces verts et des espaces naturels de la Ville de Marseille, visait au réaménagement d’un tronçon du Canal de Marseille situé dans les quartiers nord. Le troisième, correspondant à une commande du Grand Site Concors Sainte-Victoire portait sur la réalisation d’un état des lieux et d’un projet de territoire pour la Vallée des
Pinchinats à Aix-en-Provence.

Pris dans leur ensemble, ceux-ci ont permis de mettre en avant l’importance des services espaces verts en tant qu’acteurs d’une fabrique urbaine renouvelée par un contexte de crises écologiques.  

Ci-dessous un aperçu des projets produits dans le cadre de ces ateliers :

Bonus :

Trois étudiants du Parcours PPAU lauréats du deuxième prix du concours DD en Trans’ 2020 dans la catégorie « Actions locales, territoriales »

Le 11 mars dernier, trois étudiants du parcours PPAU ont présenté le Workshop transdisciplinaire « Sol, Biodiversité et Paysage : intégrer la composante « sol » aux processus d’aménagement urbain » réalisé avec en partenariat avec l’École nationale supérieure de l’agronomie et des industries alimentaires) de Nancy et la la Direction des Espaces Verts de la Ville d’Aix-en-Provence.

Portant sur un projet de création d’un parc urbain porté par la municipalité aixoise sur le site d’une ancienne bastide agricole, le travail collectif a mené à la production de quatre esquisses d’aménagement contrastées. Résolument transdisciplinaire, cette expérience pédagogique a permis, aux uns, de prendre la mesure de la technicité inhérente à la production d’une nature urbaine écologiquement fonctionnelle, aux autres, de découvrir les rudiments de sa mise en projet d’un point de vue tant paysager qu’urbanistique

Alice Boidin, François Kostuch-Rossi et Nicolas Pallet ont défendu avec brio la démarche de projet collective et décroché le deuxième prix du concours DD en Trans’ 2020 dans la catégorie « Actions locales, territoriales ».

Félicitations à eux!

Plus d’informations ici : https://fr-fr.facebook.com/DDenTRANS/

et là : https://www.laprovence.com/article/hub-rse-developpement-durable/5935263/la-minute-rse-dd-en-trans-recompense-les-etudiants-soucieux-du-developpement-durab

Les lauréats et leur enseignant-référent
Le poster présenté

Workshop Sol, Biodiversité & Paysage Master 2 PPAU /ENSAIA-Nancy 2020

Comment repenser la ville à partir de ses sols pour (a)ménager le vivant ?

Tel est l’enjeu de la commande passée aux apprentis-urbanistes du M2 PPAU et futurs ingénieurs-agronomes de l’ENSAIA-Nancy dans le cadre du workshop annuel Sol, Biodiversité & Paysage.

Organisé cette année encore en partenariat avec la Direction des Espaces Verts de la ville d’Aix-en-Provence, celui-ci a conduit au croisement sur une semaine d’un ensemble de savoirs et de savoirs-faire urbanistiques, paysagers, agronomiques et écologiques, autour d’un projet de création d’un parc urbain sur le site d’une ancienne bastide agricole.

Résolument interdisciplinaire, cette expérience pédagogique a permis, aux uns, de prendre la mesure de la technicité inhérente à la production d’une nature urbaine écologiquement fonctionnelle, aux autres, de découvrir les rudiments de sa mise en projet d’un point de vue tant paysager qu’urbanistique.

La médiation paysagère en pratique. Les étudiants du M2 PPAU 2019/2020 sur le terrain

Les démarches de médiation paysagères proposées par les étudiants du Master 2 PPAU nous ont cette année conduit à dépasser les frontières de la métropole Aix-Marseille Provence auxquelles nous nous étions jusqu’alors cantonnées.

La première journée, dédiée à la thématique tourisme, nous a ainsi permis de découvrir les enjeux découlant de la forte affluence à laquelle doivent faire face différents hauts-lieux du Vaucluse. Ainsi, que ce soit à Gordes, qui compte parmi les localités plus visitées du Parc Naturel Régional du Lubéron, à l’abbaye cistercienne de Sénanque, au Village des Bories non loin, ou encore à la spectaculaire exsurgence de Fontaine-de-Vaucluse, des réponses spécifiques ont à chaque fois dû être apportées.

La seconde journée, dédiée aux espaces naturels, nous a conduits à la rencontre d’un autre lieu emblématique de la Provence, la Sainte Baume. Eclairée par les interventions de Gégory Dron, technicien forestier territorial à l’office national des Eaux et Forêts et de Perrine Arfaux, chargée de Mission « Aménagement, Urbanisme et Paysage » au Parc Naturel Régional (PNR) de la Sainte-Baume, cette visite nous a permis de prendre conscience de la richesse écologique de ce site, ainsi que des problématiques liées à sa préservation dans un contexte de métropolisation avancé.

Le troisième et dernier jour, dédié à la thématique agriculture, s’est quant à lui centré sur la question des paysages viticoles provençaux. Par la rencontre d’un viticulteur, Hugues Chaboud dont le domaine de Ramatuelle se situe en plein cœur du terroir des Coteaux Varois en Provence, nous avons été sensibilisés à la longue histoire de la culture de cet élément constitutif de la « triade méditerranéenne » sur le territoire. Les échanges ont également porté sur les évolutions du secteur viticole en termes de filières, d’écologisation des pratiques et d’adaptation au réchauffement climatique. La seconde partie de la journée a été consacrée à la découverte d’une initiative de mise en découverte de ce patrimoine productif : le sentier des vignerons à Trets.

Rendus des Ateliers de projet M2 PPAU 2018/2019

Transversal aux deux semestres, l’atelier de projet revêt une place centrale dans le parcours et occupe, à ce titre, une part importante au sein de l’emploi du temps : un jour et demi au semestre 3, deux jours et demi au semestre 4.

L’atelier est l’occasion d’une pratique collective du diagnostic au projet en situation de commande réelle émanant de diverses structures, et en interaction avec des partenaires professionnels de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre.

Il s’agit de formuler des stratégies d’intervention et/ou des projets relevant notamment des registres de la planification paysagère, de l’urbanisme paysager et de la médiation paysagère.

Il développe plusieurs compétences et savoir-faire relatifs à la conception, l’élaboration et la conduite de projet à plusieurs échelles, la maîtrise de l’oral, et la capacité au travail en équipe pluridisciplinaire.

Trois ateliers ont été conduits cette année, en partenariat avec la Direction des espaces verts d’Aix-en-Provence. Le premier a porté sur le développement d’un projet de médiation environnementale prenant appui sur le site des serres municipales à Puyricard, le second sur la rénovation du parc Gilbert Vilers situé au coeur du quartier du Jas-de-Bouffan, et le troisième sur le réaménagement des Promenades de l’Arc à travers une vision écologique soutenue par le label EcoJardin.

Pris dans leur ensemble, ceux-ci ont permis de mettre en avant l’importance des services espaces verts en tant qu’acteurs d’une fabrique urbaine renouvelée par un contexte de crises écologiques.  

Ci-dessous un aperçu des projets produits dans le cadre de ces ateliers :

Equipe des Serres : Margaux Bidat, Laura Bourdon-Trilling, Tom Kahn

 

Equipe du parc Gilbert Vilers : Valentin D’Agostino, Tiffany Baqué, Adeline Mouly

 

Equipe des Promenades de l’Arc : Emmanuel Brunet, Margaux Girerd, Radina Yordanova

Rendus module Histoire et Théories du Paysage 2018/2019 : Aix-en-Provence – Parc Saint-Mitre

Le travail présenté ci-dessous découle d’une commande lancée par la Direction des espaces verts de la Ville d’Aix-en-Provence au Master PPAU autour du devenir du Parc Saint-Mitre. La réponse à cette commande s’est articulée autour de la réalisation d’une série de 4 diagnostics orientés réinterrogant la place et le rôle de cet équipement urbain et paysager au prisme des thématiques :
  • Histoire et patrimoine
  • Insertion urbaine et morphologie
  • Flux, usages et usagers
  • Dynamiques végétales et paysagères

En termes d’objectifs pédagogiques, il s’est agi pour les étudiants de développer leur capacité à :

  • appréhender l’évolution d’un aménagement paysager au prisme de son histoire,
  • produire une analyse critique de son fonctionnement à différentes échelles,
  • intégrer la diversité des dispositifs techniques et des réponses tant urbanistiques que paysagères existants,
  • réfléchir aux modalités d’aménagements, de conception et de gestion d’espaces à caractère de nature intégrés à une trame urbaine,
  • affirmer des partis-pris de projet non seulement cohérents au regard de la commande proposée mais aussi pertinents eu égard aux différents enjeux d’aménagement, de fonctionnement et de gestion soulevés.

Ci-dessous un aperçu des différents travaux réalisés cette année :

Poster Histoire et Patrimoine par Emmanuel Brunet et Margaux Girerd

 

Poster Insertion urbaine et morphologie par Tiffany Baqué et Tom Kahn

 

Poster Flux, usages et usagers par Laura Bourdon-Trilling et Adeline Mouly 

 

Poster Dynamiques végétales et paysagères par Valentin D’Agostino et Radina Yordanova

La médiation paysagère en pratique au travers du module « Aménagement et Gestion des Espaces Naturels, Agricoles et Touristiques »

Ce module vise à l’appréhension in situ des grands enjeux liés à l’aménagement et à la gestion d’espaces emblématiques de la « ville-nature » contemporaine : espaces naturels, agricoles et touristiques.

Pour ce faire, il se fonde sur une série d’expériences de terrains imaginées, conçues et portées, à tour de rôle, par différents groupes d’étudiants sur propositions de l’équipe pédagogique. Articulant arpentage et rencontres d’acteurs, celles-ci participent d’une double mise en situation.

Pour leurs organisateurs, il s’agit d’être en capacité de conduire une médiation paysagère sur un site donné. Pour leur auditoire, il s’agit de rendre compte de cette lecture partagée du territoire par la mobilisation d’outils d’analyse paysagère (croquis, coupes, blocs-diagramme, schémas…) inscrits dans un carnet de terrain.

Les trois thématiques investies cette année ont été l’agriculture urbaine à Marseille, la gestion de la Sainte Victoire comme espace naturel, et enfin l’essor touristique des îles du Frioul.

Workshop Sol IUAR/ENSAIA 2019 : Intégration de la composante « sol » à la démarche de labellisation EcoJardin de deux parcs urbains d’Aix-en-Provence

La Direction des Espaces Verts d’Aix-en-Provence a fait appel aux étudiants du Master 2 PPAU de l’Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional (IUAR) de l’Université d’Aix-Marseille et de l’École Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Alimentaires (ENSAIA) de l’Université de Nancy-Lorraine pour nourrir les démarches de labellisation EcoJardin en cours sur le parc Saint-Mitre et les Promenades de l’Arc.

Créé en 2012 par Plante & Cité, le label permet d’identifier des bonnes pratiques écologiques sur sept domaines de gestion : la planification et l’intégration du site, les sols, l’eau, la faune et la flore, les mobiliers et les matériaux – les matériels et les engins, les formations et le public. Ce faisant, il s’agit d’impulser une vision écologique intégrant la composante « sol » au sein de ces deux parcs.

Dans un cas comme dans l’autre, une attention toute particulière devra également être apportée aux enjeux associés de préservation de la biodiversité et de gestion de l’eau.

Avis de soutenance de thèse de Brice Dacheux-Auzière

Brice Dacheux-Auzière, ancien étudiant du Master, a brillamment soutenu sa thèse de doctorat en Sciences du Paysage, sur l’écologisation des pratiques paysagistes, le 16 novembre dernier, dans les locaux de l’Ecole Supérieure de Paysage Versailles-Marseille.

Ci-dessous l’affiche de sa soutenance accompagné du résumé de son travail.

Résumé :
En France, une politique en matière de préservation de l’environnement et du vivant émerge au cours des années 1970 (ministère de l’environnement, lois). Depuis 2004, date à laquelle est adoptée la stratégie nationale pour la biodiversité, et où commence à s’incarner opérationnellement, en ville, par les agendas 21, les enjeux du développement durable, cette politique n’a fait que se renforcer. Cela est notamment dû aux effets des nouvelles lois (Grenelle 1 et 2 ; Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, etc.), mais aussi des travaux de l’écologie scientifique (programme trame verte urbaine) et à une prise
de conscience écologique généralisée. Dans un contexte très urbanisé avec une part croissante de la population vivant en ville, le milieu urbain, parce qu’il recèle une multitude d’espaces à caractère de nature, aux natures bien différentes, est devenu un thème de recherche privilégié. Parmi les professions concourant à améliorer le cadre
de vie urbain, les paysagistes-concepteurs, par leurs missions les invitant généralement à mobiliser du matériau végétal, sont des acteurs théoriquement en capacité de traduire, par le projet, des injonctions écologiques et/ou environnementales (biodiversité, gestion des eaux, etc.). Les parcs urbains en général et plus particulièrement ceux de Marseille constituent alors un objet d’étude intéressant pour s’interroger aux modalités d’écologisation
des pratiques paysagistes, et cela depuis qu’une politique environnementale a émergé (années 1970).
Cette thèse s’appuie sur une triple analyse fondée à la fois sur des discours de paysagistes français, puis de gestionnaires des services des espaces verts, et enfin sur des relevés de structures végétales dans 5 parcs publics marseillais. En définitive, il apparaît, qu’outre Gilles Clément – figure paysagiste marquante – dont les fondements naturalistes sont connus mais nécessitent d’être discutés, l’écologisation de la pratique de ces professionnels reste timide et intègre encore trop peu le fonctionnement de ces écosystèmes urbains. Si cet aspect tend à changer depuis moins d’une dizaine d’années, il n’en revient pas moins que ce sont davantage les gestionnaires des services des espaces verts, pour partie inscrits dans une gestion écologique (part de la gestion différenciée) de leurs parcs et jardins, qui participent à faire évoluer les structures végétales tant dans leur composition que dans leur physionomie. Mais, force est de constater qu’il manque aujourd’hui l’expression d’un paysagisme capable d’intégrer, au-delà de l’échelle du parc, ces mêmes enjeux, relevant autant de l’urbanisme que de l’écologie. Aussi, l’écologisation de cette profession semble manquer des outils et des méthodes relevant de ces deux disciplines.

Mots-clés : écologisation, pratique, paysagistes- concepteurs, projet, parcs urbains, gestionnaires des services des espaces verts, Marseille, écologie